Je Taino

Les Taïnos, ou Tainos, sont une ethnie amérindienne considérée comme distincte du groupe des Arawaks, qui occupait les grandes Antilles lors de l'arrivée des Européens au xve siècle. Malgré leur quasi-disparition au xvie siècle, beaucoup[évasif] d'Antillais, plus particulièrement des Cubains, Haïtiens, Portoricains et Dominicains continuent de se considérer comme Taïnos. L'origine des indiens taïnos est controversée. Leur langue est d'origine arawak mais en analysant leur symbolique et leur mythologie, elle semble liée aux Mayas du Yucatán, du Guatemala et d'autres régions adjacentes. Rudolf Schuller dans L'Ouragan, dieux de la tourmente, et le Popol-Vuh (voir Popol Vuh), signale de nombreux parallèles avec les traditions mayas. La parenté de traits de la mythologie taïno avec celle des Mayas inclut l'idée fondamentale de la dualité des démiurges : Yocahú, le père et Guabancex, la mère serpent, dont l'accouplement préside le cycle solaire. Au cours de leurs migrations dans les Caraïbes, les Taino se sont différenciés en plusieurs groupes : les Taino Lucayan (aux actuelles Bahamas), les Taino occidentaux (à Cuba), les Taino centraux (à Hispaniola et Porto Rico) et les Taino orientaux, dans les petites Antilles1. La société taïno se divisait en trois classes sociales distinctes : les Naborias ou villageois travaillant la terre ;

les Nitaínos considérés comme les nobles des tribus ; les Bohiques, chamans ou prêtres qui représentaient les croyances religieuses et le Cacique connu aussi sous le nom de « Guare », chef de la tribu ou « Yucayeque ». De plus, il existait un chef suprême auquel les Caciques devaient verser un tribut. Les Taïnos dénomment cacique le chef d'une unité territoriale dont le pouvoir se limitait à un yucayeque, un hameau, une vallée, etc. Les Taïnos étaient divisés en un grand nombre de cacicazgos ("zone d'un cacique") de dimension inégale, parfois tributaires d'autres cacicazgos. Le chroniqueur Fernández de Oviedo relate qu'à Hispaniola se trouvaient cinq grands caciques en dessous desquels gouvernaient d'autres caciques de moindre importance. Par exemple, les caciques les plus importants de l'île de Porto Rico à l'époque de l'arrivée des conquistadors (avec leurs zones de pouvoir respectives) sont : Agüeybaná et Guaybaná (Guánica), deux des plus puissants de l'île Aramaná (rives du río Toa) Arasibo (Arecibo) Cacimar (Vieques) Caguax (Caguas) Canóbana (zone du río Grande de Loíza) Daguao (Ceiba) Guacabo (Manatí) Guacanari Guaraca (zone du río Guayanés) Guarionex (Utuado) Guayama (Guamaní) Hatuey, Jumacao (Humacao) Jayuya (Jayuya) Luisa (Loíza) Luquillo (Luquillo) Mabó (Guaynabo) Mabodomaca (Guajataca) Majagua (Bayamón) Maricao et Mayagüez) Mayagoex (Mayagüez) Orocovis (Orocovis) Urayoán (Añasco) Les peuples étaient organisés dans les clairières de la forêt, à l'intérieur des terres, avec deux types d'habitats : le bohío, circulaire, habitat commun des de du yucayeque, et le caney, plus grand et rectangulaire où habitait le cacique avec sa famille. Ces habitations étaient construites avec des feuilles de hinea (qui se ramasse dans les rivières et les fleuves), et du bois. Pour dormir ils utilisaient des hamacs (ce mot est d'origine taina) tissés avec du coton. Les habits des Taïnos étaient pauvres, en partie à cause du climat peu rigoureux.

Les Espagnols trouvèrent les hommes couverts avec un simple taparrabos (cache-sexe), et les femmes mariées avec un pagne de paille, de coton ou de feuilles nommées naguas. Les femmes célibataires vivaient nues. Les chefs "Caciques" disposaient d'un mobilier spécifique: Le duho un fauteuil en bois sculpté faisant apparaître leur bandeau clanique sur le dossier. Sur la photo ci-jointe apparaissent également des repères genrés: "La tortue" symbole féminin désignant un objet appartement à une cacique. "Les becs d'inriris entrecroisés" symbole masculin désignant un objet appartement à un cacique. Les chamanes ou "Bohique" ou encore "Bohiti" avaient obligation de pratiquer le jeun et l'abstinence avant toute cérémonie de divination. Ils disposaient pour se purger d'une boisson fermentée et de spatules vomitoires également marquées du bandeau de leur clan. Les deux sexes s'appliquaient de la peinture corporelle noire, blanche, rouge et jaune. Ils décoraient leur corps de tatouages religieux pour se protéger des mauvais esprits, et ornaient leurs oreilles et lèvres avec de l'or, de l'argent, des pierres, os ou coquillages. Ils confectionnaient entre autres des paniers, des poteries en céramique, ils sculptaient le bois, fabriquaient des filets et travaillaient l'or, abondant dans les cours d'eau de Porto Rico. Les Espagnols récoltèrent plus de dix tonnes d'or en épuisant les réserves de l'île et en spoliant les quelques objets d'intérêt que contenaient les meubles des caciques. es caciques pratiquaient la polygamie, peu fréquente parmi le commun du peuple. Cette pratique pouvait se justifier parce que ne pas avoir d'enfants (ou de fils) était une honte chez les Taïnos.

La relative richesse des caciques et leur statut permettaient à ceux-ci d'avoir plusieurs épouses et enfants. Enfin, on peut citer comme explication les guerres constantes contre les Caraïbes qui diminuaient le nombre d'hommes disponibles. Les caciques taïnos reçurent pacifiquement les conquistadors, en les considérant, à l'instar de tant d'autres peuples des Amériques, comme des dieux venus du ciel. Cependant, suite aux mauvais traitements qu'ils reçurent des nouveaux arrivants, les caciques organisèrent leurs forces et rejetèrent leurs agresseurs qui avaient pour but de les asservir. Les armes modernes des conquistadors (arquebuses, arbalètes, canons), leurs plastrons et armures, furent les clefs d'une lutte inégale qui mena à la défaite des caciques taïnos. Les Taïnos croyaient en deux dieux : celui du bien (Yukiyú) et celui du mal (Juracán). Le monde taïno était divisé en quatre parties et un centre que gouvernaient respectivement le soleil et son jumeau Guatauba, tous deux fils du Dieu Yocahú, créateur des montagnes et du feu.

Coastrique, jumeau nocturne de la mort, gouvernait les trombes d'eau, faisant apparaître le mythe du déluge dû à l'influence continentale. Dans la structure politico-sociale, de caractère théocratique et guerrier, le cacique et le bohique représentent les pouvoirs surnaturels du dieu de la nuit. Le mot cacique, par exemple, contient la syllabe ca de cauni, or car le cacique représentait le pouvoir solaire du dieu du feu; bohique tient ses origines de boa, coa ou toa, et de la maison rectangulaire, le bohio, associée à la moitié serpent de la tribu, en son ordre relevant du principe de dualité. Il semble être avéré que le cycle mythologique du Popol Vuh exerça une forte influence aux Antilles. Cependant, le trait le plus caractéristique de la mythologie taïno fut de comparer les esprits aux hommes, animaux, plantes et aux êtres inanimés. Cet animisme conférait au chaman de grands pouvoirs du fait qu'il était le seul être capable de dominer les esprits. À cette fin, il confectionnait des idoles en coton, pierre, os, coquillages, etc., qui recevaient le nom de cemíes. Les cemíes possédaient des pouvoirs sur l'Homme en ce qu'ils contenaient les esprits régissant les activités humaines.

En 1907, Fewkes étudia les idoles tainas et aboutit à la conclusion suivante : les Taïnos croyaient en deux êtres surnaturels appelés cemies qui étaient les géniteurs des autres. Ces deux pères créateurs étaient symbolisés par des idoles en pierre, en bois ou en argile, auxquelles les indiens adressaient leurs prières, et en présence desquelles ils célébraient les rites visant à implorer l'abondance de fruits et le bonheur de l'espèce humaine. Un groupe de ces êtres surnaturels, los cemies, représentaient les ancêtres du clan. Le culte de ces idoles était soumis aux familles et leurs images étaient gardées dans la maison-temple du cacique. Ramón Pané (es), moine qui entre 1494 et 1498 vécut parmi les Taïnos de Saint-Domingue, clarifie le propos des croyances religieuses : Yocahú (le père créateur) vit au ciel, c'est un être immortel que personne ne peut voir, et bien qu'il ait une mère il n'y a pas de début à son existence. Sa mère, déesse existant depuis toujours également, possède différents noms : Atabex, Yermaoguacar, Apito et Zuimaco. Quand Oviedo parle du couple divin, il déclare : « Le cemi est le seigneur du monde, du ciel et de la terre. Yocahú est la divinité suprême, fils et grand-père mythique, invisible et intangible comme le feu, comme le vent, le soleil et la lune ». Dans les musées de Porto Rico et de Saint-Domingue, on peut admirer une grande quantité de ces étranges idoles, les cemíes, dont la forme a suscité parmi les ufologues les croyances et spéculations les plus folles. Si l'origine des populations Taïnos est Sud-Américaine (bassin de l'Orénoque), leurs pratiques culturelles étaient beaucoup plus empreintes de l'influence maya. Sur toutes les grandes Antilles les archéologues ont découvert des terrains de pelote.

Les Taïnos la pratiquaient vraisemblablement avec la même ferveur rituelle. Ils en connaissaient parfaitement la signification symbolique. Le terrain de pelote se dit "Batu". La balle se dit "Mayagüey" ce qui signifie le soleil maya. Symboliquement, les deux équipes reproduisent la lutte entre les dieux du ciel et de la terre pour la possession du soleil. Ce mythe correspond à l'aventure des jumeaux héroïques décrite dans le Popol-Vuh: le livre sacré du peuple maya K'iche. L'organisation politique en castes dominantes et laborieuses se calque également sur l'organisation quadripartite de la société maya classique. Le découpage territorial de l'île de Saint Domingue en cinq royaumes dont quatre royaumes cardinaux est le suivant : le Higüey à l'est (« Esprit du soleil » en taïno) ; le Marién à l'ouest ; le Magua au nord ; le Xaragua au sud (« Le grand lac », c'est-à-dire le lac Enriquillo) ; plus un état en apanage à la puissance dominante de l'île : le Maguana pourrait expliquer la raison pour laquelle le roi de ce dernier état "Caonabo" se permettait de se déplacer librement avec son armée sur toute l'ile au mépris du pouvoir de tous ses voisins. Lors du premier voyage de Christophe Colomb, Caonabo fâché de l'accueil que lui ont accordé les deux rois de l'Ouest "Guacanagari" et du Nord "Garioneix", va venir jusque dans la baie de Samana au cœur de l'état du Magua pour attaquer les caravelles espagnoles. Plus tard, après le retour des navires en Europe, il va organiser une incursion au Marién pour y détruire le fort "La navidad" et en exterminer les trente-neuf marins restés sur l'île. Ces évènements supposaient qu'il dispose d'un système d'information sur tout ce qui se passait sur l'île. Son royaume n'avait de débouché maritime que sur la côte Sud.

Il ne pouvait pas donc avoir vu passer les bateaux espagnols qui s'étaient contentés de longer la côte Nord d'Ouest en Est. Enfin, il a circulé dans les deux royaumes du Nord sans rencontrer d'opposition de la part de leurs deux rois Guacanagari et Garioneix, ce qui suppose un lien de vassalité assumé. On sait par ailleurs que Caonabo entretenait également des rapports politiques étroits avec les deux derniers royaumes de l'île puisqu'il était marié avec la sœur du roi de Xaragua (le roi Bohéchio) et disposait aussi de liens matrimoniaux avec la cour du Higüey. Cette structure politique en étoile à quatre branches orientées selon les points cardinaux était également celle de l'empire Itza. Les Taïnos avaient également adopté le culte de la déesse Ixchel, déesse maya de la lune dont le sanctuaire se situe sur l'île de Cozumel. Ainsi elle disposait indifféremment de deux noms. Son nom taïno était Yokahuma (Huma=lune). Les Taïnos ignoraient les notions de propriété privée et d'État.


Musée Taino Indio Anacaona Bayahibe

Musée Taino Indio Anacaona Photo 02


Museo Reina Anakaona S.R.L. RNC 132019972 Bayahibe Higuey - Director Daniele Caccialanza